Marie-Noëlle cherche à redonner du baume au cœur à son mari atteint d’une maladie neurologique dégénérative.

Pour lui permettre de renouer avec sa passion de jeunesse, elle a eu l’idée de demander à Olivier, professeur de saxophone, de reprendre avec René la pratique de cet instrument.

En rejouant ses airs d’antan, René travaille sa concentration et la psychomotricité fine.
Il oublie, le temps de l’intermède musical, la maladie qui l’isole des autres.

Marie-Noëlle, heureuse d’entendre les progrès de son mari, peut alors vaquer sereinement à ses occupations. Elle sait qu’elle le retrouvera à la fin du cours de musique, plus épanoui et plus ouvert aux autres.